01/09/2014

La nouvelle Berlinette Alpine 2016 !

La marque Alpine va renaître en 2016, 21 ans après l'arrêt de l'A610. La future Berlinette se voudra une réinterprétation moderne du modèle le plus emblématique de la marque : l'A110.

Maintes fois annoncée, maintes fois espérée, la renaissance d’Alpine est enfin sur les rails. Finies les hypothèses plus ou moins farfelues, la plus crédible fut, à l’aube des années 2000, celle d’un dérivé de la Nissan 350 Z. Cette fois c’est officiel, il y aura bien une nouvelle Alpine au catalogue à l’horizon 2016.

alpine,renault,


alpine,renault,Le concept A110-50 annonçait la couleur

Pour marquer les esprits, Renault a donné un signal fort, dès 2012, avec le concept car A 110-50 dévoilé lors du Grand Prix de F1 de Monaco.

Si ce prototype, célébrant les 50 ans de la Berlinette A110, n’était qu’une déclinaison du concept car Renault DeZir de 2010, le message est passé auprès des passionnés.

La future Alpine aura toujours la fibre de la compétition et marquera un retour aux sources. Elle se voudra la réincarnation de la légère et gracile Berlinette A110 et non pas une bourgeoise GT telle l’A610, qui fut le dernier modèle commercialisé par la marque jusqu’en 1995.

alpine,renault,

Pour faire renaître Alpine, Renault avait envisagé de s’appuyer sur le savoir-faire de la firme anglaise Caterham qui produit notamment une descendante de la Lotus Seven.

Un accord entre les deux entreprises fut signé le 5 novembre 2012, en créant la Société des Automobiles Alpine Caterham, mais chacune a repris son indépendance le 26 mars 2014 et l’entreprise a été rebaptisée Société des Automobiles Alpine.

Au final, le retour d’Alpine sera une œuvre 100 % Renault qui fournira les motorisations, le châssis et la technologie. Pourtant, aucun losange ne sera apposé sur la carrosserie de la future Alpine pour donner à la marque une indépendance indispensable pour se hisser dans l’univers du haut de gamme.

alpine,renault,

Un peu de nostalgie de l'A110, mais pas trop

alpine,renault,La future Alpine sera bien une création originale, dont le style extérieur et intérieur a été figé juste avant l’été par le centre de design Renault dirigé par Laurens Van der Acker.

Elle ne reprendra aucune ligne du concept car A110-50. Et ne sera pas  non plus un copié collé de l’A110 originelle.

Pour un modèle de série, le retro design est proscrit chez Renault, d’ailleurs le concept car Fiftie (évocation de la 4CV) n’a jamais franchi le cap de la série.

La nouvelle Alpine optera donc pour des formes modernes et ondoyantes et se contentera d’un clin d’œil à son aïeule avec ses projecteurs circulaires. 

270 cv aux roues arrière

Comme son ainée, l’Alpine de 2016 disposera d’un moteur à quatre cylindres mais il sera placé au centre du châssis et non plus en porte à faux arrière pour une meilleure répartition des masses et garantir la compacité de l’auto.

alpine,renault,

L’option mécanique la plus probable est la reprise du 2.0 turbo de la Renault Mégane RS dont la version la plus poussée revendique 275 cv.

De quoi positionner l’Alpine au niveau des deux sportives tricolores de référence que sont la Mégane RS 275 Trophy-R et la Peugeot RCZ-R (270 cv).
La future Alpine poussera le curseur encore un cran au-dessus. Surtout, plus légère et assise sur un train arrière moteur, elle devra offrir une conduite ludique dans l’esprit d’une Lotus Elise. 

L’hybridation, mais pas tout de suite

L’Alpine aura recours à l’hybridation mais pas au lancement du modèle en 2016. L’auto a été conçue en intégrant au mieux cette technologie qui devrait arriver à mi-parcours, à l’horizon 2020, pour faire face à une fiscalité écologique qui pourrait encore se durcir.

alpine,renault,

La Porsche Cayman en ligne de mire Le gabarit de la future Alpine devrait tourner autour de 4,30 mètres pour un poids de l’ordre de 1 200 kg. Un format qui la situera entre une Alfa Romeo 4C (3,99 m pour 970 kg) et une Porsche Cayman (4,38 m pour 1385 kg).

La marque annonce un prix d’appel de 50 000 euros, légèrement en dessous de celui de l’Alfa (dont le tarif élevé est justifié par un châssis acier/carbone) comme de la Porsche. Toutes deux se positionnent toutes autour de 52 000 euros … en entrée de gamme.

 

alpine,renault

Vivement 2016 et le retour d'Alpine

Le retour aux affaires d’Alpine ne peut être qu’une bonne nouvelle qui dynamisera l’image de Renault. Un modèle français sportif digne de ce nom n’avait pas vu le jour depuis longtemps. Surtout, Alpine doit permettre à Renault de monter dans l’univers du premium.

Tout comme Citroën l’a fait avec la marque DS. Cette dernière propose déjà une gamme de trois modèles : DS3, DS4 et DS5.

C’est aussi l’objectif d’Alpine de décliner son modèle sportif sur plusieurs segments.

La production de la future Alpine sera assurée par l’usine historique de Dieppe, laquelle assemble actuellement les Clio Renault Sport. Un site spécialisé, parfaitement adapté aux faibles cadences et correspondant aux véhicules dont une grande partie de l’assemblage est fait à la main.

La marque Alpine table sur une production de l’ordre de 5 000 unités annuelles au lancement pour se stabiliser ensuite autour de 3 000 unités/an.

Exclusive, l’Alpine ne sera distribuée que dans une partie des concessions Renault : celles qui offrent le meilleur potentiel commercial et celles qui auront investi pour aménager un lieu de vente dédié, à l’image d’Abarth dans les concessions Fiat.

Source : Didier Ric pour L'Argus.fr

09:19 Écrit par Richard dans Automobile, Nouveauté, Technique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alpine, renault |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.